Je m'abonne à la lettre de l'Arafdes

Vous êtes nombreux à lire cette newsletter, à la diffuser autour de vous ou à nous apporter vos commentaires en retour. Elle est pour nous un rendez-vous important par lequel l'ARAFDES s'applique à rester en lien avec ses proches.


SEPTEMBRE
2019

Les organisations sociales : start-up ou coopératives ?

La Lettre n° 70 - Edito de Bernard LEMAIGNAN  |  Publiée le 05 septembre 2019

Parmi les controverses qui agitent le secteur social et médico-social, celle-ci reste parfois assez virulente : nos organisations sociales ont-elles vocation à se transformer, à se moderniser, se rajeunir dans leur forme et dans leurs méthodes ?   Nos associations devraient-elles s’identifier au modèle des start-up ?Devrions-nous enfin abandonner le modèle collaboratif historique, qui constitue pourtant un des marqueurs identitaires du champ social, arracher nos établissements et services aux pesanteurs de la prise de décision collective et à l’idéologie du consensus ? Devrions-nous ressembler à ces jeunes entreprises émergentes, pour accéder aux qualités de souplesse, d’adaptation, de réactivité et d’efficacité qui les caractérisent ? Ou bien, au contraire, devons-nous protéger nos collaborateurs de la tyrannie de la performance et de l’innovation permanente qui façonnent l’univers des start-up et préserver les espaces d’intersubjectivité et le temps qu’il faut pour y parvenir, qui restent le socle du travail auprès de personnes vulnérables ?

Lire la suite...


JUILLET
2019

L'ARAFDES demain....

La Lettre n° 69 - Edito de Valérie LÖCHEN  |  Publiée le 02 juillet 2019

Le 11 juin dernier, le Conseil d’Administration de l’ARAFDES m’a élue présidente de l’association, succédant en cela à Christian Juncker qui, au cours de ces 10 dernières années, a profondément transformé cet institut de formation.Il a ouvert son mandat en parvenant à solder une période sombre pour l’ARAFDES ; avec son conseil d’Administration et à la faveur de son réseau professionnel, il a permis à l’équipe permanente de multiplier l’offre proposée par l’ARAFDES, de moderniser son image et son infrastructure, puis d’accéder à la position de leader régional de la formation des cadres du secteur Social et Médico-Social qu’il s’était fixé pour objectif. Il laisse une institution solide et reconnue, fortement connectée au réseau régional de dirigeants, disponible pour de nouvelles évolutions.Comme il l’évoquait lui-même dans ce dernier rapport moral, un nouveau cycle s’ouvre qu’il me revient de conduire, entourée d’un bureau étoffé.

Lire la suite...


JUIN
2019

Les dirigeants sont, eux aussi, soumis au lien de subordination !

La lettre n° 68 - Edito de Bernard LEMAIGNAN  |  Publiée le 06 juin 2019

Il y a, dans nos métiers de l’encadrement, de nombreux moments de satisfaction professionnelle qui donnent et redonnent de l’énergie et de la détermination. Mais il y a aussi des moments nettement moins gais et notamment ces quelques situations où le chef de service, le directeur doit soutenir et mettre en œuvre avec conviction une décision, une orientation… avec laquelle il n’est pas d’accord ! Ce n’est pas fréquent, mais cela arrive et c’est particulièrement inconfortable d’avoir à porter la décision prise par son institution, même si elle ne nous convient pas. Et pourtant il faut le faire; nous sommes payés pour ça : la loyauté est un implicite de la fonction de cadre.Mais pourquoi donc ? Au nom de quoi ? A quel titre faut-il accepter d’endosser cette contradiction ?Au titre du lien de subordination.

Lire la suite...


MAI
2019

EUROPE !

La Lettre n° 67 - Edito de Bernard LEMAIGNAN  |  Publiée le 14 mai 2019

L’actualité nous oblige : l’ARAFDES contribue-t-elle, à sa mesure, au projet européen ? Assez peu, à vrai dire… Soyons honnêtes : l’Europe n’est pas un vraiment un sujet pour nos référentiels de formation ; elle n’est pas non plus une préoccupation majeure des managers qui font appel à nous et, dans notre champ professionnel, la question européenne se limite bien souvent à l’acquisition de la bonne méthode pour actionner les fonds structurels !Mais tout de même, nous ne faisons pas rien ! 

Lire la suite...


AVRIL
2019

LES NOUVEAUX VISAGES DE LA FORMATION

La lettre n° 66 - Edito de Bernard LEMAIGNAN  |  Publiée le 12 avril 2019

Il nous faut changer notre représentation de la « formation ».Nous savons tous que l’acte de montée en compétence ne se limite plus au seul cours magistral, à la figure historique du Professeur un rien condescendant qui irrigue de son savoir le désert cognitif d’un peuple ignorant, quoi qu’avide de connaissance !!… Ce n’est plus tout à fait comme ça que ça se passe, si tant est que cela ne l’ait jamais été d’ailleurs. La réforme de la formation continue que nous traversons actuellement, encadrée par la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », donne une nouvelle définition de l’action de formation : constitue désormais une action de formation « un parcours pédagogique permettant d’atteindre un objectif professionnel ».

Lire la suite...


MARS
2019

QUALITE DU TRAVAIL ; QUALITE DE LA VIE AU TRAVAIL

La lettre n° 65 - L'édito de Bernard Lemaignan  |  Publiée le 07 mars 2019

TMS + (RPS)² = √QVT !!...   En d’autres termes (un peu moins abscons…), l’apparition des Troubles Musculosquelettiques (TMS) des salariés du secteur médico-social et l’augmentation exponentielle des différentes expressions de Risques Psycho-Sociaux (RPS) dans toutes les sphères de l’intervention sociale sont à la racine du fort mouvement d’étude et de promotion de la Qualité de Vie au Travail (QVT) qui imprègne notre secteur depuis quelques années. Il est donc intéressant de regarder de près les différentes livraisons du baromètre Quorum de la QVT dans les entreprises de l’Economie Sociale et Solidaire pour saisir les enjeux de la question.

Lire la suite...


FéVRIER
2019

LA LEGITIMITE EN QUESTION

La lettre n° 64 - L'edito de Bernard Lemaignan  |  Publiée le 05 février 2019

L’actualité sociale des derniers mois fut tendue et il n’est pas très utile de rajouter ici du commentaire au commentaire sur cette affaire des gilets jaunes. Pourtant il est, parmi d’autres, un sujet que cette actualité nous suggère et qui nous concerne particulièrement : nous traversons une crise profonde de la légitimité. Nombre de ceux et celles qui ont manifesté sur les ronds-points pendant plusieurs semaines et continuent de le faire ne veulent pas de porte-parole, pas de représentants, pas de délégués, dénient à quiconque le droit de parler en leur nom, voire même menacent ceux qui tenteraient de le faire. Ils expriment tout haut ce phénomène déjà largement commenté : nul ne serait désormais légitime à parler au nom d’un collectif, et encore moins ceux et celles qui auront été nommés, élus, désignés pour le faire.

Lire la suite...


JANVIER
2019

Ce n’est pas le temps qui passe, c’est nous qui passons dans le temps !

La lettre n° 63 - L'Edito de Bernard Lemaignan  |  Publiée le 05 février 2019

2019, déjà ! Au seuil d’une année nouvelle et se retournant sur toutes celles qui sont déjà passées, on est parfois pris de vertige par la rapidité du temps qui passe… Le changement, le progrès, l’évolution, la compétition, les ruptures sont devenus la norme, et caractérisent à eux seuls le paradoxe de notre modernité : il faut bouger pour durer et nos sociétés ne peuvent plus se stabiliser que de manière dynamique. C’est la propulsion vers la croissance, le neuf, le différent, c’est l’impermanence qui fait la valeur des choses. D’autant que nous avons maintenant les outils pour conduire cette accélération : le web et la communication nomade ne nous laissent plus d’autre choix que d’apprivoiser l’urgence, sauf à se refermer dans le splendide isolement de l’ermite heureux. Et force est de reconnaître que nous ne sommes pas en reste, ici, à l’ARAFDES, pour enseigner et mettre en acte la réactivité, l’adaptation, l’agilité aussi bien dans les organisations que chez les hommes et les femmes qui les composent.

Lire la suite...


DéCEMBRE
2018

PASSER LE TEMOIN

La Lettre n° 62 - L'Editio de Bernard Lemaignan   |  Publiée le 04 décembre 2018

Changement de poste, changement d’employeur, départ à la retraite… Nous faisons tous un jour ou l’autre l’expérience de cette situation où, quittant nos fonctions, il nous faut laisser la place à un successeur et « passer le témoin ». Chaque départ est auréolé d’un contexte qui lui est propre : il n’y a évidemment pas deux situations identiques. Mais tout de même, partir, ce n’est pas si simple : au moment où se précise l’intention du départ, la maitrise de l’avenir de notre institution ou de notre service nous échappe. Ce qui constitue le noyau de la fonction d’encadrement, cette capacité à construire une politique de l’avenir pour le service ou de l’établissement que nous pilotons, n’est plus de notre ressort. Il nous faut lâcher l’affaire.  Dans le présent de l’expérience de direction, nous sommes uniques. L’exercice de la pleine responsabilité engage le dirigeant et il est seul à devoir répondre des actes et du devenir de l’institution. Au cœur de la fonction de direction, il y a cette conviction selon laquelle le service, l’établissement, l’institution dépend de nous, pleinement. Nous nous pensons forcément essentiel à notre institution et la tentation est grande, au moment du départ, de vouloir transmettre les manières de penser, les manières de faire, les modes de relations dont nous avons le sentiment d’avoir été peu ou prou l’auteur. Nous voulons durer.

Lire la suite...


NOVEMBRE
2018

LE DIPLOME : LABEL DE COMPETENCE OU CERTIFICATION D'UN PARCOURS ?

La lettre n° 61 - L'Edito de Bernard LEMAIGNAN  |  Publiée le 07 novembre 2018

Comme chaque année au mois de novembre, nos stagiaires en formation CAFDES, CAFERUIS et RESEG sont aux prises, en ce moment même, avec les jurys de mémoire, puis de diplôme. On a beau dire, l’affaire reste sérieuse et même si le formalisme attaché aux épreuves de certification tend à s’assouplir, les épreuves finales sont un rite de passage tout autant qu’un contrôle des connaissances et la soutenance orale du mémoire reste une épreuve à forte charge émotionnelle. Mais au fond, à quoi sert le diplôme ? Le diplôme, en tant que sanction d’un parcours, reste nécessaire et nous ne sommes pas les derniers à revendiquer la sélectivité de nos formations : c’est elle qui en fait la valeur et, en dehors même de la fonction de contrôle de connaissance, la confrontation à l’obstacle que constitue chacune des épreuves de certification puis son dépassement sont, par eux-mêmes, des exercices formatifs.

Lire la suite...


OCTOBRE
2018

QUALITE

La lettre n° 60 - L'édito de Bernard LEMAIGNAN   |  Publiée le 01 octobre 2018

Les mots s’usent, lorsque l’on s’en sert trop et les plus belles notions perdent de leur épaisseur à force d’être invoquées sans nuance. Il en est ainsi de la « qualité » répétée comme un mantra dans toutes les sphères du travail, sans que l’on ne prenne même plus la peine de préciser de quoi on parle : qualité des procédures ? Qualité des locaux ? Qualité du travail ? Qualité de la rencontre avec les personnes ? Qualité des techniques mises en œuvre ? Non. Nous sommes simplement appelés à faire de la qualité en soi. Et, de fait, la qualité n’a plus grand-chose à voir avec « ce qui est bien fait », « ce qui produit de bons effets », « ce qui est ajusté à la situation » : le bon, le bien, le juste, vertus morales, ne sont pas des critères pertinents de qualité. La qualité n’est pas un état, c’est un concept : c’est « l’aptitude d'un ensemble de caractéristiques intrinsèques à satisfaire des exigences »[1]!... Les qualiticiens sont des grands poètes… 

Lire la suite...


SEPTEMBRE
2018

SOYONS HEUREUX !

La Lettre n° 59 - 'Edito de Bernard LEMAIGNAN   |  Publiée le 07 septembre 2018

Il a fait beau, il a fait chaud : de bien belles vacances, cette année ! Tout le monde a pu avoir sa ration de ciel bleu. Et puis… On a gagné ! Champions du monde... On est champions du monde !… Trop bien.Décidément, un bien bel été… Il y a de la gaité dans l’air, au moment de cette nouvelle rentrée, comme un parfum de légèreté enthousiaste. Ne boudons pas notre plaisir.Evidemment, il y a aussi les ronchons rabat-joie qui cassent l’ambiance avec l’affaire Benalla, les gigantesques incendies attribués au changement climatique ou autres terribles bateaux de migrants à la dérive…Décidément, un été bien rude. Rien n’est parfait…Ainsi est fait notre monde : de chaque jour naît le pire et le meilleur, des occasions de se réjouir ou de se lamenter, du plaisir et du tragique, mille raisons d’être optimiste et autant de se plaindre.

Lire la suite...


Contact et inscription
formation@arafdes.fr 04 72 53 61 80
N° FC 82 69 02357 69
(Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l'Etat)
Siret : 350 030 078 00033
Lieu de la formation
ARAFDES - 14, rue Berjon
69009 LYON
Métro Gare de Vaise Ligne D